Ourthe Orientale

Création en 1985
Une superficie de 84,17 hectares
Accessibilité :

Un arc en ciel végétal

Étalée aux alentours de Gouvy, la vaste réserve naturelle d’Ourthe Orientale s’étend en plusieurs blocs tout le long de la rivière. Un des plus beaux sites se trouve au fond d’une vallée encaissée isolée. Le paysage est superbe. La rivière serpente au bas du coteau escarpé. Malgré la forte déclivité du terrain, des sphaignes poussent à même le versant, parmi les genêts en fleur et les jeunes plants de myrtilles.

Des paysages d’antan pour la cigogne noire

Tout le flanc est dégagé, ainsi que le fond de vallée. En face, de vastes plantations d’épicéas rappellent à quoi ressemblait toute la vallée, surexploitée, il y a encore trente ans. Heureusement, de nombreux programmes européens et interrégionaux ont permis de couper les résineux et rendre à ces paysages leur splendeur d’antan. Nous sommes dans des zones de nourrissage des cigognes noires, qui fréquentent le site pour y pêcher leur pitance.

La récompense du gestionnaire

Au bord de l’Ourthe, la végétation double, triple de hauteur. Entre de larges feuilles de pétasite s’élancent la reine des prés et la renouée bistorte. Fauvettes grisettes et rousserolles verderolles y composent le fond sonore. Mais parfois également une rare pie-grièche grise. L’espèce ne se porte globalement pas très bien. Mais, après des années de restauration, la nature reprend ses droits et l’on découvre de nouvelles espèces : c’est la récompense des gestionnaires.

Les rares papillons de la rose bistorte

Plus en amont de l’Ourthe Orientale, les zones de réserve sont beaucoup plus dégagées. Champs et pâtures remplacent les forêts. Les prairies explosent de couleurs au printemps. Grandes marguerites, pensées sauvages, tapis de myosotis ou de renoncules flammettes, polygala : un arc-en-ciel botanique se déroule sous les pieds des visiteurs ! D’impressionnantes étendues de renouée bistorte tapissent les zones plus humides. Cette belle plante abrite et nourrit deux papillons rares et protégés : les cuivré et nacré de la bistorte. Proche de la source, la Haie de Bellain est une petite prairie de fauche encerclée par la forêt. Elle regorge de merveilles botaniques, dont l’orchis à larges feuilles qui ponctue de son pourpre profond la riche végétation.

En savoir plus sur cette réserve

Les espèces

Cordulégastre annelé
Fauvette grise
Pie-grièche écorcheur
Renouée bistorte

Responsable

Jacques Debieve

Actualités de cette réserve