Chauve-souris et coronavirus : démêler le vrai du faux

Oreillard roux

Outre leur rôle important dans beaucoup d’écosystèmes, les chauves-souris ont aussi été identifiées comme hôte de certains virus, dont un virus semblable à celui de COVID-19. Un rôle à relativiser, à la lumière de celui des activités humaines. Et des espèces à protéger pour conserver des écosystèmes sains.

La pandémie à laquelle nous faisons face actuellement soulève de nombreuses questions notamment quant à sa source initiale. Le rôle des chauves-souris dans l’origine de la maladie a ainsi été fortement médiatisé. Les scientifiques sont d’accord sur le fait que le COVID-19 est une zoonose, une maladie humaine d'origine animale (1,2). Cependant, la source animale du SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la pandémie de COVID-19, n'a pas encore été confirmée.

La chauve-souris, un facteur probable parmi d’autres

On a retrouvé, chez une espèce de chauve-souris du Yunnan [sud-ouest de la Chine] un virus qui ressemble au SARS-CoV-2. Ce virus ne semble pas capable d'infecter l'homme directement. La contamination à l’homme paraît provenir d’une succession de facteurs, non confirmés actuellement (3). Le virus aurait ainsi échangé du matériel génétique avec un autre virus inconnu (créant ainsi un nouveau virus), ce qui lui aurait procuré la capacité d'infecter l'homme. Ce virus aurait été transmis de la chauve-souris vers un hôte intermédiaire, qu’on présume être le pangolin. Il aurait été transmis du pangolin vers l’homme sur un marché d’animaux sauvages de Wuhan où les individus vivants sont entassés dans des conditions de promiscuité déplorable.

Frédéric Forget, coordinateur volontaire du pôle chauves-souris de Natagora explique : « La transmission d’un virus d’un animal sauvage à l’homme résulte souvent d’une altération de l’environnement par l’homme. Par exemple, la destruction de biotopes de chauves-souris (par déforestation et urbanisation) et l’intensification de l’élevage de bétail poussent les chauves-souris à vivre bien plus près de l’homme, de son bétail et de ses animaux domestiques qu’en conditions plus naturelles. Ce contact plus proche peut conduire à un « débordement » d’un virus depuis son réservoir naturel (un animal sauvage) vers la population humaine, soit directement, soit par un hôte intermédiaire (un animal domestique). »

Les chauves-souris belges inoffensives

Les scientifiques n’ont, à ce jour, pas trouvé le virus de COVID-19 chez les chauves-souris de nos régions. Il faut cependant savoir que le SARS-CoV-2 n'est qu'une sorte de coronavirus parmi de nombreuses autres.  Certains coronavirus nous infectent et provoquent tout simplement des rhumes (on estime que 30% des rhumes hivernaux sont provoqués par ces différentes espèces de coronavirus). La majorité des animaux à sang chaud qui nous entourent sont porteurs d’autres types de coronavirus inoffensifs pour l’homme.

Il est important de noter que la présence d’une colonie de chauves-souris en Belgique ne peut pas causer d’infection au COVID-19. La probabilité de la présence du SARS-Cov-2 parmi nos populations de chauves-souris est quasi nulle. L’espèce incriminée dans la transmission du SARS-CoV-2 (Rhinolophus affinis) n’est pas présente en Belgique. Ensuite, la probabilité d’entrer en contact direct avec une chauve-souris est infime. Celles-ci sont farouches et évitent les contacts avec les humains. Enfin, le passage direct du virus des chauves-souris vers l’homme, est très difficile et passe généralement par un hôte intermédiaire (4). La transmission du COVID-19, aujourd’hui, se fait d’homme à homme et non pas via les animaux. Les chauves-souris ne transmettent pas non plus le COVID-19 aux animaux de compagnie. La menace de contamination des animaux de compagnie (principalement les chats) au COVID-19 vient de l’homme et non pas des chauves-souris qui n’ont, à ce jour, pas été identifiées comme porteuses du virus SARS-CoV-2.

La seule zoonose (maladie transmissible de l’animal à l’homme) associée aux chauves-souris en Belgique est le « European Bat Lyssavirus », un virus proche de la rage classique (qui affecte principalement les chiens et les renards). Mais il n’y a aucun risque de transmission si vous ne manipulez pas les chauves-souris à mains nues, il faut en effet être mordu à sang pour qu’un risque de transmission existe. Qui plus est, il existe un traitement post-exposition qui est systématiquement administré aujourd’hui en cas de morsures suspectes par un mammifère sauvage. Il n'y a pas d'autres maladies zoonotiques connues en Belgique.


Oreillard roux, photo par René Janssen

Les chauves-souris ne sont pas un danger, elles sont en danger

Détruire les chauves-souris n’éliminerait certainement pas les coronavirus, transportés par de nombreux animaux. De plus, beaucoup de pandémies ont été provoquées par d'autres types de virus qui ne sont pas présents chez les chauves-souris. Tout particulièrement le virus de la grippe qui est aussi capable d'échanger de l'ADN avec des virus d'autres animaux (porc, oiseau, ...).

Par contre, éliminer les chauves-souris aurait des conséquences catastrophiques d’un point de vue écologique. En effet, les chauves-souris à travers le monde jouent un rôle écologique majeur, dans la pollinisation de certaines espèces végétales, la dispersion de nombreuses graines des fruits et surtout pour la régularisation des populations d’insectes ce qui en fait de précieuses alliées pour l’agriculture mais aussi pour la santé humaine. Elles consomment par exemple des quantités importantes de moustiques porteurs de maladies comme la fièvre Zika, la dengue et le paludisme et responsables d’environ 1 million de décès humains par an dans le monde.

D’un point de vue purement économique, une étude a démontré qu’uniquement pour les États-Unis le manque à gagner serait de 22,9 milliard (5). En effet, les chauves-souris mangent énormément d'insectes ravageur et protègent ainsi la production agricole. Leur disparition impliquerait donc d’avoir recours à des quantités conséquentes de pesticides.

Cécile Van Vyve, responsable de l’étude des chauves-souris chez Natagora : « Aujourd’hui en sursis, les chauves-souris sont menacées par les perturbations que l’on fait subir à leur environnement :  pollution, disparition des habitats naturels, condamnation des accès à leurs gîtes, pression de prédation par les chats domestiques, collisions routières et éoliennes, etc. C’est pourquoi les chauves-souris mais également leurs habitats sont protégés par la loi de la conservation de la nature. Leur élimination et l’altération ou la destruction de leurs gîtes sont illégales. Natagora œuvre à cet égard à la restauration de ces gîtes et habitats naturels sur ses réserves. Un projet de construction d'un bâtiment strictement dédié à l'accueil des chauves-souris est d'ailleurs en cours de réalisation actuellement. »

Comment éviter une nouvelle pandémie aux coronavirus ?

Les virus contenus par le métabolisme de la faune sauvage n’ont aucune raison de nuire aux humains si ces derniers en restent éloignés. Les hommes augmentent le risque de transmission entre les espèces lorsqu'ils empiètent sur les habitats de la faune sauvage ou les capturent pour la médecine ou la nourriture (6). En particulier, lorsqu’ils entreposent ces animaux vivants dans des conditions insalubres avec d'autres espèces sauvages qui peuvent servir d'hôtes intermédiaires (ce qui s'est produit sur le marché humide de Wuhan, où de nombreux experts pensent que le COVID-19 a émergé).

Enrayer les épidémies impliquera nécessairement la réduction du commerce illégal d'espèces sauvages, la fermeture des marchés d’animaux sauvages non réglementés ainsi que la préservation des écosystèmes et la restauration de ceux qui ont été dégradés.

------------------------------

Références bibliographiques :

1) Zhou, P., Yang, X. L., Wang, X. G., Hu, B., Zhang, L., Zhang, W., ... & Chen, H. D. (2020). https://www.nature.com/articles/s41586-020-2012-7 A pneumonia outbreak associated with a new coronavirus of probable bat origin. Nature, 579(7798), 270-273.
2) Wu et al (2020) https://www.nature.com/articles/s41586-020-2008-3 A new coronavirus associated with human respiratory disease in China. Nature 579, 265-269
3) Andersen et al (2020) https://www.nature.com/articles/s41591-020-0820-9 The proximal origin of SARS-CoV-2. Nature Medicine 26, 450–452
4) Plowright et al (2017) https://www.nature.com/articles/nrmicro.2017.45 Pathways to zoonotic spillover. Nature Reviews Microbiology 15, 502–510
5) Boyles, J. G., Cryan, P. M., McCracken, G. F., & Kunz, T. H. (2011). https://www.biologicaldiversity.org/campaigns/bat_crisis_white-nose_syndrome/pdfs/Boyles2011Economics%20of%20Bats.pdf Economic importance of bats in agriculture. Science, 332(6025), 41-42.
6) Lindahl & Grace (2015) https://www.tandfonline.com/doi/full/10.3402/iee.v5.30048 The consequences of human actions on risks for infectious diseases: a review. Infection Ecology & Epidemiology 5, 1

 

Voir toutes les news