Réforme de la PAC : La biodiversité proche d’un point de non-retour

Buse variable à l'affut dans un champ

Déçue par les faibles ambitions européennes pour la préservation de la biodiversité en milieu agricole, Natagora souligne dans un courrier adressé aux ministres les points d’attention qu’elle défendra lors de l’élaboration du futur plan stratégique PAC en Wallonie.

Suite aux votes du Conseil et du Parlement Européens les 20 et 23 Octobre, Natagora, en partenariat avec les associations de la coalition ImPAACte, a procédé à une analyse fouillée des amendements et positions votées. Vous pourrez trouver notre analyse sur le tout nouveau site web de la coalition pour une Politique Agricole et Alimentaire Commune de la Transition Écologique1 : www.impaacte.be.

Parallèlement à cette étude,  Natagora a précisé les enjeux spécifiques à la biodiversité wallonne dans une lettre adressée au Ministre de l’Agriculture Willy Borsus et à la Ministre de l’Environnement Céline Tellier.

La lettre rappelle les tout récents rapports sur le State of Nature Europe , où la situation de la Belgique est pointée parmi les plus préoccupantes, ainsi que le tout dernier rapport de la Cour des Comptes qui fait état de dépenses de la PAC qui ne sont efficaces ni pour l’économie, les agriculteurs, l’emploi, la nature, ni le climat2.

Or, la réforme en cours remet clairement l’Europe sur la voie d’un "no show" en 2030 en ce qui concerne les objectifs fixés pour la nature, le climat, la résilience et la durabilité des systèmes alimentaires. Natagora dénonce en particulier les erreurs qui se répètent dans les positions adoptées par le Parlement et le Conseil, qui constituent spécifiquement une menace pour la biodiversité en milieux agricole :

  • Pas de maillage écologique dans les fermes. Les dirigeants se pavanent de conditions de base pour toucher les aides PAC qu’ils auraient renforcées. Or, ils y ont inclus toutes les modalités de la précédente PAC (couverts hivernaux etc.) inefficaces pour la biodiversité, en affaiblissant systématiquement les propositions de la Commission. Le maillage écologique qui aurait dû être obligatoire dans toutes les fermes qui touchent des subventions est maintenant une coquille vide. Rien n’engage à progresser vers le minimum de 10% d’éléments de paysage établi dans la stratégie biodiversité européenne du Green Deal.
  • Les prairies permanentes d’intérêt pour la biodiversité sont menacées par des planchers de financement en régression. Les financements de la PAC procurent à ce jour les financements les plus efficaces pour rémunérer les agriculteurs qui s’engagent à maintenir et restaurer la biodiversité dans leurs prairies permanentes. Or le budget environnemental alloué à ce type d’action est réduit, lorsque l’on exclue certaines aides qui sont en réalité des aides au revenu déguisées3, à 18% et 26% du pilier de la PAC dédié au développement rural (contre un minimum de 30% proposé par la Commission).
  • Les écorégimes4 pourront financer une agriculture qui travaille aussi bien avec et grâce à la nature que contre elle. Le Parlement propose d’inclure dans le budget des écorégimes des mesures dédiées aux bien-être animal (sans exclure toutefois les élevages industriels hors-sols de ce type d’intervention), à l’agriculture de précision, à la biométhanisation, à la modification génétique, et rajoute même une exigence de performance économique des mesures proposées !

Ainsi en Wallonie les propositions faibles du Conseil et du Parlement Européens en matière de climat et biodiversité alourdissent la responsabilité de nos décideurs qui devront répondre du Green Deal. Dans ce contexte, Natagora n’a jamais été aussi investie dans le processus de consultation et de coconstruction du futur plan stratégique PAC orchestré par la Région Wallonne. Notre action est et sera déterminante, individuellement au plus près de la réalité de terrain de notre biodiversité, et en coalition aux échelles régionales et fédérales. Nous continuerons à défendre, et rendre le plus pertinents possible, entre autres, les points critiques suivants dans le futur plan stratégique PAC en ce qui concerne la biodiversité :

  1. L’espace pour la nature sous la forme d’infrastructures écologiques dans toutes les fermes, en terres arables comme en prairies. Toutes les espèces ont besoin d’un habitat, d’un abri et d’une ressource alimentaire permanente pour leur survie. Ce maillage écologique est aussi un prérequis de l’existence de réservoirs d’auxiliaires de cultures indispensables à la réduction de l’usage et de la dépendance des agriculteurs aux pesticides, et donc à la mise en œuvre de la lutte intégrée et à la transition vers une agriculture écologiquement intensive telle que promue par le Code Wallon de l’Agriculture.
  2. Sauver les prairies d’habitat et les prairies d’habitat d’espèces wallonnes. Cela exigera de protéger, et de mettre en place des mesures de gestion appropriées sur au moins 15% des prairies wallonnes, conformément au Cadre d’Action Prioritaire 2021-2027 Natura 2000.
  3. Réserver les écorégimes à la transition de toutes les exploitations agricoles wallonnes vers l’agroécologie, qui s’affranchit progressivement des intrants chimiques en les substituant par des services écosystémiques rendus par la nature, grâce entre autres à l’agriculture biologique, le développement du maillage écologique, les pratiques préventives à l’usage d’intrants chimiques, et un élevage à l’herbe plus extensif, viable, résilient et autonome en fourrages

---

ImPAACte est une coalition formée en 2019 par Nature et Progrès, Natagora, InterEnvironnement Wallonie, Greenpeace Belgique et WWF-Belgique afin de contribuer à l’élaboration d’une politique agricole wallonne qui promeut la transition écologique vers une agriculture et une alimentation durables pour l’homme et la nature.
2 Chapitre 4, p. 42 du Report of the European Court of Auditors on the performance of the EU budget – Status at the end of 2019
3 Les paiements aux zones soumises à contraintes naturelles qui n’apportent pas de bénéfice environnemental spécifique (la Commission a proposé de les reclasser dans les aides au revenu).
4 Mesure phare de la nouvelle PAC, les écorégimes sont un nouvel outil pour accompagner la transition écologique.

Voir toutes les news