Marais de Grendel

Réserve diplomatique

Aux confins du pays d’Arlon, un petit marais a su se jouer des langues et des frontières pour regrouper autour de lui une série de passionnés venus d’horizons différents. Situé pile sur la frontière belgo-luxembourgeoise, il attire de belles espèces et de beaux partenariats.

Reliquat agropastoral

Le marais de Grendel est le dernier reliquat des prairies humides qui accompagnaient autrefois l’Attert dans sa vallée. Jusqu’en 1945, les marais sont fauchés annuellement pour récolter le foin. Les paysans de la vallée maintiennent ainsi de nombreuses espèces de la flore et de la faune dans ces zones humides à végétation basse. Après-guerre, ces fonds de vallée sont fortement drainés pour y mener du pâturage ou des cultures. Le marais de Grendel, lui, est simplement… abandonné. Envahi par les saules, il se reboise et les espèces intéressantes disparaissent. Commence alors l’aventure naturaliste et ses nombreuses péripéties historico-frontalières. La réserve est en effet traversée de part en part par la frontière. Une borne-frontière en fonte accueille d’ailleurs les visiteurs.

Partenariats frontaliers

Si la première parcelle grand-ducale est protégée dès 1973 par l'association natur&ëmwelt, notre homologue et partenaire luxembourgeois, et la partie belge en 1997 par Natagora, ce n’est qu’à partir de 2005 que la sauce prend réellement grâce au contrat de rivière de la vallée de l’Attert qui met les deux parties en contact. Aujourd’hui, les résultats de la bonne coopération entre tous les acteurs est bien visible dans le marais. Les iris le disputent aux massettes et aux morelles douces-amères dans les roselières. Les linaigrettes côtoient les comarets, les orchidées des zones humides et le saule rampant dans les bas-marais et la molinaie alcaline.

Discrète mais bien promue

La réserve est un peu perdue sur la carte des réserves naturelles. Mais tout est mis en œuvre, des deux côtés de la frontière, pour valoriser ces milieux sauvegardés. Le Parc naturel de l’Attert joue notamment un rôle important dans sa promotion auprès du grand public. Une balade balisée de 13 km, jouant à saute-frontière, a ainsi pour point d’orgue la visite du marais.

Découvrez les espèces

Bruant des roseaux
Comaret
Comaret
Fauvette grise
Linaigrette à feuilles étroites
Linaigrette à feuilles étroites

je m’engage pour cette réserve

Faire un don pour cette réserve

Faire un don pour cette réserve Protégez la nature ici, près de chez vous, en permettant l'achat de réserves et en soutenant nos efforts pour leur restauration. Vous pouvez choisir de faire un don libre qui financera l'ensemble de nos efforts de protection et de sensibilisation ou soutenir une réserve, une espèce ou un projet particulier.

Devenir volontaire

Natagora aide à redéployer la biodiversité dans de très nombreux domaines, ce qui nous donne l’occasion de diriger chaque personne qui souhaite devenir volontaire vers une tâche, petite ou grande, exactement à la mesure de ses envies, de ses qualifications et de ses disponibilités. Chez Natagora, le volontariat est concret, convivial et riche de belles expériences. On y apprend autant qu’on aide.

Participez à une activité de gestion

Natagora aide à redéployer la biodiversité dans de très nombreux domaines, ce qui nous donne l’occasion de diriger chaque personne qui souhaite devenir volontaire vers une tâche, petite ou grande, exactement à la mesure de ses envies, de ses qualifications et de ses disponibilités.

Actualités

28/02/2024

Le magazine Natagora n°119 : Les marais font de la résistance

Dans ce n°119, nous partons à la découverte des marais et allons à la rencontre de volontaires qui étudient les comportements des chauves-souris. Vous en apprendrez davantage sur la réserve de Tavigny qui fait l'objet d'un projet d'extension, sur la grenouille verte et les pouvoirs du saule blanc ! Bonne lecture et belle découverte!
En savoir plus
01/02/2024

Le ministre Borsus attaque Natagora, mais pourquoi ?

En pleine mobilisation paysanne, alors que Natagora rappelle sa solidarité et les liens forts qui la lient au monde paysan, nous avons eu la surprise d’être pris pour cible par le Ministre Borsus, sur les plateaux télévisés et en pleine manif, face aux agriculteurs. Et cela pendant qu’à différents niveaux de pouvoir, on sape les mesures environnementales de la PAC. Une tentative de détourner l’attention ?
En savoir plus
Contenu promotionnel
09/01/2024

Merci à Baloise pour son soutien !

En signant la déclaration du programme environnemental des Nations Unies pour le secteur des assurances, Baloise s'est engagée à réduire son impact sur l'environnement et à limiter les risques causés par le réchauffement climatique. C’est pourquoi, l’assureur suisse tient compte des facteurs SEG : environnement, social et gouvernance dans le cadre de ses activités et opérations.
En savoir plus