Une place pour le castor en plein Brabant

Deux castors

Une opportunité unique s’offre à nous d’acquérir et protéger à long terme le marais de Chapelle, à Lasne. Le castor y a élu domicile, en plein coeur du Brabant wallon. Aidez-nous à offrir cette zone humide de six hectares à la nature. Elle deviendra un élément essentiel d’un beau maillage écologique brabançon, englobant les réserves naturelles Natagora de la Prairie du Carpu à Rixensart, de la Carrière Hannotelet et du refuge naturel de la Marache à Lasne. On compte sur vous.

UNE RICHE MOSAÏQUE DES MILIEUX À PRÉSERVER

Situé à la confluence du Smohain et de la Lasne, tout près des étangs de Renipont, le marais de Chapelle se compose d’une belle mosaïque de milieux humides : aulnaies marécageuses et alluviales, saulaies inondées, prairies humides à reine des prés, cariçaies…

Ce havre de paix a permis à une famille de castors d’y établir son domicile depuis plusieurs années. Ceux-ci aménagent la zone humide à leur goût, par la construction de barrages, le creusement de chenaux, la création de plans d’eau. Ces aménagements hydrauliques profitent à une incroyable diversité d’organismes : le putois d’Europe affectionne particulièrement la zone humide, riche en amphibiens, ses proies de prédilection. Le murin de Daubenton (une chauve-souris) y trouve une zone de chasse idéale. Les oiseaux aquatiques ne sont pas en reste : le râle d’eau, le martin-pêcheur, le grèbe castagneux, la bouscarle de Cetti y nichent. De nombreux migrateurs y font une halte salvatrice : grande aigrette, aigrette garzette, chevaliers culblanc, guignette, gambette et aboyeur, petit gravelot, bécassine des marais et sarcelle d’hiver. En été, on y observe le ballet du faucon hobereau, un rapace spécialisé dans la capture des libellules en plein vol. Ces milieux humides hébergent en effet également une riche faune d’invertébrés qu’il nous reste à étudier.

Durant la belle saison, les végétations rivulaires foisonnent de nombreuses plantes à fleurs, toutes plus colorées les unes que les autres et aux noms poétiques : iris des marais, menthe aquatique, reine des prés, épilobe hirsute, salicaire…

L’acquisition de ce site permettra une protection sur le long terme d’un espace de liberté et d’expression pour le castor, mais aussi de toute la biodiversité associée à sa présence, au sein d’une vallée préservée de l’urbanisation galopante qui sévit aux alentours.

Voir toutes les news