Natagora refuse les chalets en Natura 2000

Mélitée du mélampyre

En bord de l’Ourthe, une dérogation vient d’être accordée pour construire treize chalets touristiques en pleine zone Natura 2000. Inacceptable pour Natagora, qui introduit un recours au Conseil d’État.

Déjà propriétaire d’un parc de chalets touristiques, la SPRL "cabanes de Rensiwez" a introduit une demande pour la construction de quatorze cabanes supplémentaires. Ils visent la construction dans un périmètre classé Natura 2000 abritant des habitats et des espèces protégés, ainsi qu’au sein d’une zone forestière d’intérêt paysager. Ces constructions auraient un impact irréversible sur des espèces intégralement protégées comme la mélitée du mélampyre, le pic noir, la coronnelle lisse ou le rougequeue à front blanc qui fréquentent les crêtes rocheuses, ainsi que sur les lamproies, chabots et cincles plongeurs dont l’Ourthe est l’habitat.

Lors des enquêtes publiques, les riverains et la population ont manifesté une vive opposition à ce projet en raison de ses impacts sur la nature et sur les paysages. Natagora a également attiré l’attention sur la présence, dans le complexe existant, de dysfonctionnements dans le traitement et le rejet des eaux usées. Natagora craint que la construction de cabanes supplémentaires augmente encore le risque de pollution de l’Ourthe, et ce, malgré la mise en place d’une unité d’épuration individuelle. La pollution lumineuse et sonore, ainsi que l’augmentation de la pression due à la fréquentation humaine, entraineraient un impact irrémédiable sur la quiétude des lieux et sur la faune locale.

Étonnamment, dans un premier temps, en novembre 2017, le DNF (Département Nature et Forêt de la Région Wallonne) émet un avis défavorable au projet. Pourtant, surprise, dans son avis définitif, le DNF modifie cet avis et le déclare "favorable conditionnel". Par ailleurs, le conseil juridique de Natagora a constaté nombre d’irrégularités dans la délivrance du permis d’urbanisme.

L’adoption du réseau Natura 2000 par la Région Wallonne, suivant les directives européennes, a pour objet de protéger le patrimoine naturel wallon. Les sites classés dans ce cadre sont donc essentiels au maintien de la biodiversité de notre région. Les autorités publiques et politiques se doivent en toutes circonstances d’être consistantes avec leurs propres législations adoptées démocratiquement. C’est pour cela que Natagora a décidé d’introduire un recours en annulation du permis d’urbanisme accordé aux "Cabanes de Rensiwez" auprès du conseil d’État.

Harry Mardulyn, volontaire Natagora : "Alors qu’en ce début du XXIe siècle, nous vivons une crise majeure de la biodiversité, tant à l’échelle locale que planétaire, il est inacceptable de sacrifier un site à haute valeur biologique pour des raisons matérielles et économiques. Si l’Ardenne a l’ambition de conserver son attrait touristique exceptionnel, elle a le devoir mais aussi l’intérêt d’en conserver sa richesse naturelle et paysagère. On ne scie pas la branche sur laquelle on est assis."

Voir toutes les news