Un groupe de travail pour gérer la présence du castor

Castor

Natagora lance un groupe de travail Castors pour aider les riverains et les pouvoirs publics à gérer la présence et les impacts parfois gênants du plus gros de nos rongeurs. Rejoignez-nous comme volontaire, ou faites appel à nous en cas de soucis de cohabitation.

Avec, début 2017, environ 2 000 individus sur 600 territoires, le castor est très présent en Wallonie. Mieux qu’aucune autre espèce, à part l’homme, il aménage et transforme son habitat. Ce faisant, il renaturalise rapidement et gratuitement nos cours d’eau, permettant le retour de toute une riche biodiversité et il contribue à leur régulation et à leur épuration. C’est un vrai restaurateur de la nature qui complète nos infrastructures par son action locale.

Strictement végétarien, inoffensif, placide et peu craintif, il s’attire la curiosité et la sympathie de la majorité d’entre nous. Sa présence est donc généralement bien acceptée. Certains voient cependant son retour d’un mauvais œil. Il questionne en effet leur volonté de contrôler la nature. Et, à certains endroits, il peut être cause de désagréments : barrages "mal" placés, arbres écorcés ou abattus, chemins inondés, maïs prélevé dans un champ...

Les autorités sont ainsi confrontées à des demandes de dérogations visant à la destruction de barrages ou même à la destruction des castors eux-mêmes. Or, avec du dialogue, un peu de matériel, de la compétence, de la proactivité et du suivi, on peut presque toujours réaliser une cohabitation paisible. Rappelons d’ailleurs que le castor, espèce "Natura 2000", bénéficie d’une protection intégrale tout comme son habitat et ses constructions.

Frédéric Raes, coordinateur du groupe de travail Natagora : "Avec le lancement de ce Groupe de Travail Castors, nous voulons faciliter la cohabitation entre l’homme et le castor grâce à un réseau de sentinelles qui, en tant que proches résidents, surveilleront régulièrement les sites occupés. Ils seront assistés quand nécessaire par nos spécialistes de la cohabitation. L’expérience a montré qu’une telle approche permet de régler la majorité des conflits de voisinage."

Natagora invite donc les personnes intéressées à les rejoindre, que ce soit pour faire partie du réseau de sentinelles ou pour intégrer le GT Castors. En cas de problème de cohabitation, il est évidemment possible également de prendre directement contact avec le groupe de travail. Toutes les infos, ainsi que des exemples d’apports positifs du castor ou d’interventions possibles se retrouvent sur www.natagora.be/castors.

Voir toutes les news