Le lézard vivipare

Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) est le plus petit lézard de Wallonie. On peut le reconnaître aux taches jaunes et brunes foncées/noires qui ornent son corps. Il affectionne les friches, les milieux humides, ensoleillés et il aime se chauffer au soleil. C’est aussi un excellent nageur qui n’hésite pas à plonger pour fuir.

lézard vivipare

Statut actuel

Le lézard vivipare a subi une régression importante sur une grande partie du territoire qui peut être due à une disparition récente de nombreux sites par altération et destruction de l’habitat. Il est considéré comme vulnérable au Nord du sillon Sambre et Meuse et au Pays de Herve et non-menacé ailleurs.

Identification

Mesurant en moyenne 11 à 14 cm, il est le plus petit lézard de Wallonie. Son corps est trapu et peu aplati. Ses pattes sont courtes. Le plus souvent, il présente une coloration brunâtre, roussâtre ou grisâtre. Des marques claires et brunes foncées aux dessins variables complètent sa robe. Les femelles arborent également souvent une ligne vertébrale foncée.

Le cycle de l'année

Le lézard vivipare sort d’hivernation dans le courant du mois de mars. Les accouplements ont lieu en avril/mai et aboutissent à la naissance de 3 à 11 jeunes vers la mi-juillet ou le début août. Il est ovovivipare, c'est-à-dire qu’il donne naissance à des jeunes déjà formés et prêts à survivre. Les juvéniles sortent emballés dans une coque membraneuse qu’ils brisent quelques minutes ou quelques heures plus tard. Vers la mi-octobre/novembre, il regagne un abri pour y passer l’hiver.

Comportement

Il aime prendre des bains de soleil dans l’herbe sèche ou sur un promontoire (souche, piquets, pierres, …). C’est un excellent nageur qui n’hésite pas à fuir sous l’eau. Il est sociable avec ses congénères, on peut donc retrouver plusieurs individus sur un même territoire.

Régime alimentaire

Il se nourrit de divers insectes et d’araignées ainsi que de mollusques et de cloportes.

Habitat

Le lézard vivipare est surtout présent dans les environnements humides et ensoleillés (prés humides, bords de mares,…) mais aussi dans les zones de transition (lisières, affleurements rocheux,…) et les milieux artificiels (carrières, abords de voie ferrée,…). 

Pour en savoir plus

Retrouvez plus d’informations sur cette espèce sur le site du GT Raînne : Le lézard vivipare

Ainsi que sur le portail de la biodiversité en Wallonie : Le Lézard vivipare.