Édito n°35 : 2010, l’année de la biodiversité

Bookmark and Share
Le 04 January 2010

Édito de Harry Mardulyn, Président de Natagora - "Magazine couleurs nature" n°35, janvier -février 2010

Depuis 2000, les forêts disparaissent au rythme effrayant de 6 millions d’hectares par an.
Les scientifiques estiment qu’un quart des espèces vivantes connues auront disparu d’ici 2050. Certains affirment même que notre planète est à la veille de connaître sa 6e phase d’extinction de masse. L’épuisement des ressources naturelles, la crise de l’énergie, l’explosion démographique, le réchauffement climatique, la dégradation de nos océans surexploités, tous ces phénomènes récents concourent à une inéluctable érosion de la biodiversité. Et le phénomène s’accélère.



2010, l’année de la biodiversité


Les Nations Unies ont déclaré 2010 "année internationale de la biodiversité". La biodiversité, c’est la vie. Et c’est en fait de notre vie qu’il s’agit.

À notre échelle régionale, Natagora vous informera, à l’occasion de chacune des 6 éditions 2010 de notre magazine couleur nature, sur un des aspects de notre biodiversité wallonne et bruxelloise.

En Wallonie, 9 % des espèces animales et végétales se sont aujourd’hui déjà éteintes au cours du dernier siècle. 34 % sont en régression, vulnérables ou menacées de disparition. Les espèces communes d’aujourd’hui seront peut-être les espèces en voie de disparition de demain.

Pour rétablir un état satisfaisant de la biodiversité en Wallonie, il n’y a pas beaucoup d’alternatives. Il faut rendre plus d’espace à la nature. Il faut protéger et restaurer les zones à haute valeur biologique, d’autant plus que ces milieux ne présentent généralement qu’une valeur économique faible. Une grande partie du territoire (12 %) est constituée de sols marginaux, très humides, ou trop secs, ou à forte pente et donc sans grande valeur économique. Un réseau écologique digne de ce nom pourrait idéalement s’y réaliser.

La Wallonie est en retard en matière de biodiversité ! 13 % du territoire wallon a été classé Natura 2000. Pourtant le DEMNA (Département de l’Étude du Milieu Naturel et Agricole de la Région wallonne) juge que 73 % des habitats concernés sont dans un état de conservation défavorable.

Un maigre 0,6 % du territoire wallon dispose du statut de réserve naturelle. C’est insuffisant. La Flandre, avec une densité de population près de deux fois supérieure, a mis 2,5 % de son territoire en réserve naturelle.

De plus, il ne suffit pas de protéger les espèces menacées, il faut agir en termes de restauration et de protection d’écosystèmes entiers.


Le nouveau gouvernement wallon s’est engagé à créer 10 000 ha de réserves naturelles au cours de la législature 2009-2014. Cet objectif qui permettra de doubler les surfaces de réserves naturelles de Wallonie est très ambitieux et mérite d’être salué.

Natagora est prête à prendre sa part de responsabilité dans ce défi. Nous voulons nous mobiliser et participer à l’acquisition de nouvelles réserves, sachant qu’un euro investi par nos donateurs est automatiquement complété par un euro apporté par la Région.

Natagora a mis la priorité sur la sauvegarde des derniers prés maigres de fauche dont près de la moitié ont disparu dans les 5 dernières années. Dans cette optique, nous avons conçu un nouveau projet LIFE axé sur la restauration de "prairies maigres" en Famenne et en Fagne. L’acceptation de ce projet par le Gouvernement wallon cette année constitue un encouragement positif. Le projet est actuellement proposé aux instances européennes pour un cofinancement.

Au nom des administrateurs et de l’ensemble du personnel de Natagora, Aves et RN, j’ai le plaisir de vous présenter nos voeux les plus chaleureux, pour vous, pour vos proches, mais aussi pour cette année 2010 qui s’annonce pleine de défis environnementaux et sociétaux.

Harry Mardulyn
Président de Natagora

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Newsletter de Natagora

Vous souhaitez recevoir notre newsletter ?

Se désinscrire de notre newsletter