Enquête Alyte accoucheur en Wallonie 2017-2018

L’Alyte accoucheur Alytes obstetricans est un petit amphibien dont l’aire de répartition est limitée au sud-ouest de l’Europe. Il est considéré comme rare dans la plupart des régions qu’il occupe et semble globalement en déclin. Il est toutefois assez largement répandu en Wallonie, privilège qu’il ne partage qu’avec certaines régions de France, mais des témoignages de plus en plus nombreux font état de disparitions locales qui ne semblent pas compensées par l’établissement de nouvelles colonies. L’accumulation de ces témoignages a motivé le lancement de cette enquête sur la répartition actuelle de l’Alyte en Wallonie.

Principes généraux de l'enquête

L’objectif principal de l’enquête est de vérifier le maintien de l’espèce sur un maximum de sites connus pour avoir été occupés depuis 1985.

Trois passages (au moins, il n'est pas interdit d'en faire plus...) seront réalisés en soirée, entre le 1er avril et le 30 juin, par météo favorable, à proximité des plans d'eau occupés, afin de détecter l'espèce par son chant caractéristique. Afin de proposer une analyse statistiquement fiable des résultats (prise en compte de la détectabilité notamment), ces trois passages seront si possible systématiquement effectués, même si les premières visites se révèlent positives. Dans la mesure du possible, en fonctions des conditions météorologiques, un intervalle de 15 jours au moins sera laissé entre deux passages.

Les sites du projet peuvent être visualisés sur Google Map via ce lien.

Comment chercher l’Alyte ?

Bien qu’il puisse être parfois entendu en journée, l’Alyte accoucheur est principalement nocturne. Sa recherche se fera à partir d’une demi-heure et jusqu’à quatre heures après le coucher du soleil. Les soirées douces (> 10°C), sans vent et sans pluie, sont à favoriser.

Son chant, très caractéristique, est composé de notes flûtées répétées à intervalles rapprochés. Il ne peut être confondu qu’avec le Hibou petit-duc, dont seule une poignée d’observations ont été homologuées en Wallonie ces dernières décennies. Un exemple de son chant peut notamment être écouté à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Vl8GaDsc0Cg

En Wallonie, les sites où se reproduit l'Alyte sont très hétérogènes, par la large gamme d'habitats (villages et jardins, carrières, terrils, mares et étangs forestiers ou agricoles...) qu'il peut occuper, mais aussi au niveau de leur superficie. Dans la mesure du possible, les grands sites seront parcourus entièrement. Pour certains sites inaccessibles (propriétés privées, sites industriels etc.), l'écoute peut souvent de faire à partir de l'extérieur. Au minimum, un point d'écoute de 10 minutes sera réalisé lors de chaque sortie mensuelle afin d'estimer la présence de l'espèce.

Comment transmettre ses observations positives ou négatives ?

Les données seront encodées sur le site de partage d’observations naturalistes observations.be. L’encodage se fait comme pour toute donnée sur ce site, l’observation étant ensuite rapportée au projet par l’observateur.

Les pages consacrées au projet sont disponibles à cette adresse.

Trois liens permettent de visualiser les observations liées à l’enquête, l’avancement cartographique de la prise en charge des sites et de la présence ou l’absence de l’Alyte dans ceux-ci, et la liste des prises en charge des sites.

  •  Lien « Observations » : permet de voir les données positives et négatives (espèce recherchée mais pas trouvée) liées à l’enquête, pour l’entièreté des sites, par province ou par site. Les données sont à rapporter au projet sur cette page après encodage.
  •  Lien « Carte » : permet de visualiser la cartographie des sites où l’espèce a été recherchée et éventuellement trouvée sur la durée de l’enquête.
  •  Lien « Zones attribuées » : permet de prendre en charge un ou plusieurs sites, c'est-à-dire annoncer que l'observateur prévoit d'y effectuer (dans la mesure du possible) les 3 visites. Si le site est déjà pris en charge, il est néanmoins possible d’ajouter une observation à ce site.

Mode d’emploi succinct

Pour ajouter une observation, cliquer sur « Ajouter » - « Nouvelle observation du projet Enquête Alyte accoucheur en Wallonie ».

Dans le champ « Protocole », sélectionner « Inventaire de site (permet des données d’absence) ».

Indiquer la date et l’heure de début de l’observation.

Le site peut être recherché dans la case « Site » (la recherche peut s’effectuer par le nom du site ou une partie de celui-ci, ou par l’ancienne commune) ou en cliquant sur la carte. Veiller à ce que la précision, définie par le zoom sur la carte, soit suffisante (10 ou 100 m).

Ajouter le nombre estimé de chanteurs et la précision du comptage (comptage précis, estimation…) dans le champ prévu. En cas de donnée négative (espèce recherchée pendant au moins un point d’écoute de 10 minutes ou après avoir parcouru le site), indiquer « 0 » en nombre. Il est à noter que le nombre de chanteurs, variable d'un soir à l'autre et souvent difficile à estimer dès qu'il dépasse quelques unités, n'est pas l'élément le plus critique: en effet, les données seront traitées en présence/absence. Il est toutefois intéressant de préciser le nombre minimum de chanteurs entendus et, éventuellement, tout commentaire utile (dans le champ "remarques").

Sexe : sélectionner « Mâle ».

Sélectionner « Certain ».

Apparence : sélectionner « Adulte ».

Comportement : sélectionner « Criant ».

Cliquer sur « OK » pour valider l’observation.

Lorsque la donnée est encodée, l'observateur la rapportera au projet sur cette page  (cliquer sur le petit '+' vert à côté de son observation, fermer la petite fenêtre qui s'ouvre automatiquement et rafraîchir la page pour que la prise en charge puisse être visualisée).

Contact

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter Thierry Kinet

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de

Grenouilles sur les routes