Pourquoi le magazine Natagora est-il envoyé dans un film plastique ?

A priori il semblerait évident qu’un emballage en verre (recyclable) ou fabriqué à partir d’un produit renouvelable (bois, maïs) sera toujours plus écologique qu’un emballage en plastique.

Les analyses des cycles de vie (ACV), ou écobilans, fournissent des informations détaillées sur le coût écologique réel des produits en tenant compte de l’entièreté de leur vie : production, transport, élimination.

Une ACV se fait toujours sur un cas pratique concret. Nous n’avons pas eu les moyens de commander une analyse précise nous permettant de connaître précisément l’emballage idéal pour vous envoyer notre magazine et ses compléments.

Nous avons donc fait notre choix en nous basant sur des ACV réalisées pour des produits semblables. Une étude menée en 2000 par le bureau d’études Ecobilan pour le cadre de la chaîne de grandes surfaces Carrefour a comparé l’impact environnemental du sachet plastique (en polyéthylène haute densité, abrégé en PE-HD) à celui des sacs réutilisables, des sachets papiers et des sachets biodégradables (étude en pdf, 930 ko). Huit aspects étaient pris en compte : consommation d’énergie primaire non renouvelable, consommation d’eau, émission de gaz à effet de serre, acidification atmosphérique, formation d’oxydants photochimiques, eutrophisation, production de déchets solides et risque dû à l’abandon des sacs usagés.

Pour la consommation d’énergie non renouvelable, les trois types d’emballage sont grosso modo équivalents. Pour la formation d’oxydants photochimiques (responsables du smog), le maïs est préférable. Pour le risque lié à l’abandon des déchets, c’est évidemment le plastique (PE-HD) le plus dangereux. Par contre, pour les 5 autres aspects, le PE-HD l’emporte, parfois haut la main (facteur 11 ou 12 pour l’eutrophisation).

À ces raisons, nous en ajoutons une directement liée à notre préoccupation première, la protection de la biodiversité. Les 5 % du territoire de l'agriculture européenne qui seraient consacrés à la culture de ces déserts biologiques que sont les champs de maïs si on bannissait tout emballage plastique au profit de films biodégradables en maïs seraient nettement mieux utilisés en réserves naturelles, en mesures agri-environnementales... voire tout simplement en culture de blé.

En outre, le risque d’abandon dans la nature de l’emballage en PE-HD nous a semblé extrêmement limité sachant que nos membres sont a priori des personnes écologiquement responsables. Il y a à ce propos un fameux paradoxe dans le choix de la grande distribution d’emballer les seuls produits « verts » dans des emballages en maïs biodégradables…

Terminons en rappelant que l’emballage plastique du magazine, s’il est découpé proprement, peut très bien avoir une seconde vie (comme sac poubelle par exemple). L’étude d’Ecobilan montre d’ailleurs que cette réutilisation, qui est régulière pour les sacs de grande surface (estimée à 80 % des cas), permet même de rendre ceux-ci plus écologiques que les sacs réutilisables si ceux-ci sont utilisés moins de 4 fois.

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Newsletter de Natagora

Vous souhaitez recevoir notre newsletter ?

Se désinscrire de notre newsletter