Biologie des chauves-souris

Les chauves-souris (appelées « chiroptères » par les scientifiques) sont des mammifères. Chiroptère vient du grec chiro « main » et ptère « aile » et signifie donc « mains ailées ». Ce sont en effet les seuls mammifères volants grâce à la transformation de leurs membres antérieurs en ailes. 

Contrairement à certaines croyances, les chauves-souris ont une assez bonne vision mais, tout comme la nôtre d’ailleurs, elle est mal adaptée pour voir la nuit.  C’est pourquoi, elles ont développé un autre système pour se diriger et chasser pendant la nuit : l’écholocation.

Leur cycle de vie comprend deux phases principales, au cours desquelles les gîtes utilisés sont forts différents :

  • En été, les femelles se regroupent en colonies de reproduction plus ou moins importantes, appelées « maternités », dans les arbres creux, les églises ou les maisons. En mai-juin, elles y mettent au monde un seul petit (rarement deux). La nuit, elles partent en chasse mais reviennent plusieurs fois au gîte pour se reposer et allaiter leurs petits, restés tous ensemble au chaud et blottis les uns contre les autres. Les jeunes grandissent très vite ; ils prennent déjà leur envol fin juillet-début août pour aller chasser les insectes aux côtés des adultes. Les mâles n’occupent pas les mêmes gîtes : ils restent isolés ou en petits groupes.  
  • En automne, les chauves-souris constituent leurs réserves de graisse pour l’hiver et commencent leur migration vers les gîtes d’hibernation. C’est à cette époque également que les mâles cherchent à s’accoupler avec les femelles.
  • Durant l’hiver, les chauves-souris hibernent.  Elles se mettent en « mode économique », vivant sur leurs réserves en réduisant considérablement leur température, leur rythme cardiaque, leur respiration. Pour leur convenir, leur abri doit être à la fois calme (afin qu’elles ne soient pas dérangées et réveillées), très humide (afin qu’elles ne se déshydratent pas) et frais, à une température stable comprise entre 1 et 10 degrés, en fonction des espèces.
  • Au printemps, une fois le beau temps revenu, elles sortent de leur torpeur, quittent les grottes et autres sites souterrains et se remettent à chasser.  Elles rejoignent alors rapidement leur gîte d’été.

Les chauves-souris ont une remarquable longévité par rapport aux autres petits mammifères : elle est d’environ 5 ans pour une pipistrelle mais peut atteindre 20 à 30 ans (voire carrément 40) pour d’autres espèces !

L’écholocation

Pour se déplacer et repérer leurs proies dans l’obscurité, les chauves-souris émettent des ultrasons par la bouche (ou par les narines dans le cas des oreillards et des rhinolophes). Lorsque ceux-ci rencontrent un obstacle ou une proie, le son est réfléchi et l’écho est renvoyé vers la chauve-souris, qui l’entend et l’interprète.

La perception et l’analyse de l’écho des ultrasons émis leur donne une information précise de ce qui les entoure, un complément indispensable à leur vision.  Ces ultrasons varient en fréquence, durée et rythme suivant les espèces.

Régime alimentaire

Toutes les chauves-souris présentes en Europe (et donc en Belgique) se nourrissent d’insectes qu’elles détectent grâce aux ultrasons mais aussi simplement grâce à l’ouïe voire à la vue.

Les techniques de chasse varient en fonction des espèces ou des conditions : capture des proies en vol, à la surface de l’eau, chasse à l’affût à partir d’un perchoir, glanage sur le feuillage et à même le sol.  En une nuit, une chauve-souris peut consommer environ 1/4 de sa masse corporelle, ce qui représente, pour une espèce de taille moyenne pesant 8 g, environ un kilo d’insectes par an !

Les chauves-souris ne sont-elles pas des insecticides naturels efficaces ?

 

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de