Protection

Les menaces qui pèsent sur les chauves-souris sont nombreuses et la plupart issues de l’activité des hommes. Il est grand temps de se mobiliser pour les protéger.

Solutions à la portée de tous (chez soi et dans les jardins)

  • La plantation d’arbres et d’arbustes feuillus indigènes (haies, vergers, hautes tiges, bosquets, …) permet de recréer des milieux de chasse favorables à certaines espèces et favorise la biodiversité.
  • De même, la création d’une mare naturelle dans son jardin contribue à l’amélioration de la qualité du milieu pour les chauves-souris.
  • Dans les jardins, la suppression de toute utilisation de pesticides chimiques a une importance considérable. L’impact de l’utilisation domestique de ces produits est trop souvent sous-estimé. Chacun peut, chez lui, à son niveau, contribuer à rendre l’environnement plus sain et accueillant pour la faune sauvage.
  • On peut également aménager chez soi des gîtes pour les chauves-souris, c.-à-d. des endroits calmes, sombres et bien chauds en été, avec des accès spécifiques. Un grenier, un espace entre la toiture et la sous-toiture, un vide derrière un bardage, un vieil arbre dans le jardin, un lierre sur la façade, un vieux tas de bois, un nichoir sont autant de gîtes potentiels pour ces hôtes de marque…

Mesures pour la protection des gîtes d’été

La Région Wallonne a mis sur pied un programme « Combles et Clochers » qui vise à aménager avec les communes les combles et clochers d’églises et d’autres bâtiments publics en faveur de la faune sauvage, dont les chauves-souris. 

Pour les gîtes d’été situés dans les bâtiments privés (maisons ou autres), notre service SOS chauves-souris peut vous aider à améliorer la cohabitation. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous renseignerons, répondrons à vos questions et vous conseillerons utilement.

D’autres mesures de protection des gîtes d’été sont favorables aux chauves-souris : maintien des arbres morts ou creux en forêt, aménagement des ponts, etc.

Les gîtes d’hiver sont importants également

Certaines cavités souterraines sont protégées du dérangement par la fermeture hivernale (un porte ou une grille empêche les hommes d'entrer, en laissant le passage aux chauves-souris). C'est principalement la Commission Wallonne d'Étude et de Protection des Sites Souterrains (CWEPSS) et l'Union Belge de Spéléologie (UBS) qui s'occupent de la protection de l'environnement karstique et souterrain, de leur mise sous statut de protection, de la gestion des portes et du passage, etc. en collaboration avec Plecotus et la Région wallonne.

Il est également possible d’aménager certains petits bâtiments (glacières, bunkers, forts, certaines caves de bâtiments...) pour les rendre favorables à l’hibernation des chauves-souris.

Enfin, la protection des terrains de chasse est primordiale

Outre les efforts qui peuvent être réalisés dans les jardins des particuliers, la protection des terrains de chasse nécessite l’intervention de nombreux acteurs du paysage : forestiers, agriculteurs, gestionnaires de réserves naturelles, communes etc.  Étant donné que les chauves-souris exploitent des milieux fort variés, il est difficile de donner des lignes de conduite générales. 

Certaines mesures de loi et le programme Natura 2000 visent spécialement la conservation des habitats de chauves-souris, permettant une gestion appropriée des forêts publiques et privées, attribuant des primes pour la plantation de haies indigènes, favorisant les mesures agri-environnementales qui améliorent la qualité des zones agricoles, gestion douce des bords de route… bref toutes ces mesures qui permettent de conserver un paysage où la nature a encore une petite place. 

Les réserves naturelles contribuent également à la conservation de zones de nature indispensables aux chauves-souris.

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de