La chouette de Tengmalm

Inféodée aux grands massifs d’épicéas de Haute-Ardenne, la chouette (ou Nyctale) de Tengmalm est une espèce extrêmement discrète que seul  son chant aux notes ocarina permet parfois de repérer.

La chouette de Tengmalm adapte sa reproduction à l’offre en proies. Si les populations de mulots et de campagnols sont importantes, le mâle chantera dès février, déposera des proies au sein de la cavité de nidification. Si les proies sont moins abondantes, la nidification sera plus tardive, moins d’oeufs seront pondus et le taux de prédation des pontes par la martre et l’écureuil sera plus élevé.

La chouette de Tengmalm s’aventure peu hors des massifs de conifères. Elle chasse à l’affût en se perchant à faible hauteur et en changeant régulièrement de postes. Elle se nourrit principalement de petits rongeurs et accessoirement de petits oiseaux et d’insectes.

L’espèce est suivie de façon systématique en Belgique depuis 1988 par une poignée d’ornithologues d’Aves-Natagora. Le nombre de cas de nidification annuel en Belgique est monté jusqu’à 90 couples, alors que certaines années pas le moindre cas n’a été trouvé.

En collaboration avec