Agir pour les papillons

Les papillons sont indissociables des plantes. Lorsque vous les admirez virevolter dans votre jardin, ce n'est pas par hasard. Ils y ont été attirés par les plantes qui y sont présentes, soit pour se nourrir, soit pour pondre, ou encore pour s'abriter ou se reposer.

Chaque papillon a ses exigences propres

Certains papillons ne pondront leurs œufs que sur une seule espèce de plante : la plante hôte ou nourricière. Une fois les œufs éclos, les chenilles se nourriront généralement des feuilles de cette plante jusqu'au moment magique de la métamorphose où elles se transformeront en chrysalide puis en imago (la version que nous connaissont habituellement d'un papillon). 

Ce papillon adulte se nourrira de nectar et contribuera en même temps à la pollinisation des fleurs visitées puis il cherchera à s'accoupler, de préférence avec un(e) partenaire distant(e) pour éviter tout risque de consanguinité et favoriser ainsi la biodiversité génétique. Pour ce faire il devra parcourir une distance parfois considérable, parsemée d'embûches, et si en chemin il trouve un jardin accueillant, riche en nourriture et en abris, exempt de pesticides, il aura alors beaucoup plus de chances d'y parvenir…

De l’oeuf à l’imago, en passant par la chenille et la chrysalide, les papillons ont besoin pour survivre de nombreux aspects de votre jardin.(Photos : J-M Couvreur, J-Y Baugnée, F. Hidvegi, A. Joris)

De moins en moins de papillons

Les plus âgés d'entre nous sont unanimes : il y avait beaucoup plus de papillons auparavant ! Malheureusement, leur situation ne s'améliore pas et les espèces dites "communes" sont également concernées. Nous pouvons tous agir en leur faveur mais il faut alors changer de vision. Les papillons ont besoin d'une nature spontanée et non pas domestiquée.

Stop aux jardins aseptisés inondés de produits chimiques ! Place à ces mauvaises herbes qui ne sont mauvaises que dans nos têtes. Il faut arrêter de tout vouloir contrôler, rentabiliser, exploiter… car il n’y a pas que les papillons que cela mène dans l’impasse.

Quelques gestes qui comptent

Il n'est pas difficile de ne pas tondre l'intégralité de sons jardin. Quelques petits coins ou bandes "en friche" ont un impact favorable indéniable sur les papillons. Idéalement ces refuges ne doivent pas être totalement fauchés chaque année car sinon toute une partie du cycle de vie des papillons est rendue impossible. Il est conseillé d'appliquer des fauches en rotation (une partie chaque année) de telle sorte qu'il subsiste toujours des zones refuges.

Ces zones refuges se refleuriront naturellement au cours des années mais il est également possible d'accélérer le processus en semant des graines de nos plantes indigènes.

Dans d'autres endroits du jardin que l'on voudrait fleurir, il est indispensable de préférer également des plantes indigènes d'origine sauvage. La plupart des variétés horticoles ne sont d'aucune aide pour nos papillons. Vous trouverez ci-dessous une liste de fleurs indigènes et horticoles qui sont favorables aux papillons.

De nombreuses autres informations sont disponibles sur les pages du Réseau Nature.

Des fleurs pour les papillons

Cuivré commun butinant une Eupatoire chanvrine. (Photo: Rudi Dujardin)

Nous avons classé les fleurs intéressantes pour les papillons en cinq catégories:

  • des variétés cultivées choisies pour leurs couleurs tout en prenant garde de ne pas favoriser d'espèces invasives.
    voir la liste
  • des fleurs choisies pour leurs arômes : les papillons en raffolent si on les laisse monter en fleurs.
    voir la liste
  • des fleurs indigènes, à préférer car nos papillons s'y sont adaptés au cours de milliers d'années d'évolution.
    voir la liste
  • des plantes hôtes pour les oeufs et chenilles, les moins désirées mais les plus vitales car sans elles pas d'avenir !
    voir la liste
  • des plantes grimpantes et de balcons (pour ceux qui n'ont pas de jardin et veulent aussi contribuer à améliorer le sort des papillons). voir la liste

Télécharger une liste plus complète de plantes favorables aux papillons

En collaboration avec