Éolien : Natagora veille aux dérives !

Le 30 octobre s'est clôturée l’enquête publique relative au projet de carte de lots d’implantation d’éoliennes sur le territoire wallon. Faisant suite à une série de positions et d’interpellations, Natagora a fait connaître ses réserves et propositions d’amélioration.

Natagora soutient depuis plusieurs années une politique visant à diminuer l’utilisation des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables. Toutefois, elle tient à ce que cela ne se fasse pas au détriment de la biodiversité.

2010 : une situation anarchique

Dès 2010, face à l’explosion du marché éolien et aux dérives qui s’annoncent, Natagora adopte une position publique claire par laquelle elle expose plusieurs pistes permettant de concilier production d’énergie éolienne et respect de la biodiversité dont :

  • une planification claire permettant d’éviter des situations anarchiques
  • une exclusion des zones forestières et de Natura 2000
  • l’importance à accorder aux oiseaux et aux chauves-souris

Se basant sur cette position, Natagora s’implique alors dans divers dossiers mettant en danger biodiversité ou avifaune tels que les éoliennes de la Plaine de Boneffe.

Début 2013 : un cadre nécessaire 

Dans sa stratégie pour encadrer l’implantation d’éoliennes, le Gouvernement wallon annonce trois outils : un cadre décrétal, une cartographie positive de zones de développement éolien en « lots » et un cadre de référence actualisé pour la période transitoire. S’en suit une série de consultations et discussions auxquelles participe Natagora. Début 2013, le cadre de référence est adopté, actualisant des critères de 2002 dépassés. De nombreuses avancées sont à souligner, notamment la volonté du Gouvernement d’améliorer la situation et la mise à l’abri de certaines zones de conservation de la faune. Cependant, Natagora regrette déjà un certain flou méthodologique et dénonce deux graves manquements :

  •  Le maintien de la possibilité d’implantation d’éoliennes en forêt, zone particulièrement sensible pour la biodiversité
  •  La pression engendrée sur la quasi-totalité des plateaux agricoles wallons d’intérêt ornithologique

Suite aux remarques envoyées par Natagora, divers éléments sont davantage pris en compte pour la traduction du cadre de référence, notamment les cavités abritant des rassemblements massifs de chauves-souris, la structure écologique principale, les plans d’eaux d’intérêt écologique et les sites où les oiseaux des plateaux agricoles sont particulièrement exposés.

Fin 2013 : une carte à bien orienter 

Après adoption du cadre, une carte reprenant les « lots » qui pourraient servir d’implantation est soumise à enquête publique. Tout comme pour le cadre de référence, Natagora félicite l’effort de structuration du marché éolien et la recherche d’alternatives aux énergies fossiles. Mais, à nouveau, elle ne peut s’empêcher de souligner plusieurs défauts dans l’élaboration de cette carte :

  • Les « lots » seront attribués par un décret inexistant à l’heure actuelle. La question se pose donc de l’utilité réelle et du statut de cette carte.
  •  Le dossier renseigne Natagora comme source pour les cartes relatives aux oiseaux et chauves-souris. Or, si Natagora a bien fourni des données brutes, elle n’est pas responsable de l’interprétation cartographique qui en a été faite. Se pose donc la question de la pertinence de la carte!
  •  Le Gouvernement wallon persiste à vouloir installer des éoliennes en zone forestière.

En parallèle à ces imperfections, Natagora propose plusieurs pistes d’amélioration :

  •  Placer en zone d’exclusion intégrale plusieurs parcelles particulièrement sensibles pour des espèces telles que le milan royal.
  •  Épargner des noyaux de chaque grand plateau agricole qui accueille en Wallonie des espèces patrimoniales spécifiquement liées à ces habitats très ouverts (Busards, Vanneaux et Pluviers).
  •  Porter une attention toute particulière aux chauves-souris en différenciant les espèces en fonction de leur sensibilité à l’éolien.

La volonté du Gouvernement de stopper le mécanisme du « premier arrivé, premier servi » en matière d’implantation d’éoliennes est tout à fait louable. En ce sens, la carte doit être un outil permettant de rassurer l’ensemble des acteurs du développement éolien. Mais l’objectif n’est pas encore atteint et mérite quelques rectificatifs. Natagora demande de doter le développement éolien d’un réel outil cartographique performant et prenant bien en compte l’impact sur la biodiversité.

 

Vous désirez en savoir plus sur le dossier éolien, voici divers documents à consulter :

Position et interpellations de Natagora :

Enquête publique relative à la cartographie de l’éolien – communiqué de presse  – 17 octobre 2013

Enquête publique relative à la cartographie de l’éolien – courrier aux ministres – 17 octobre 2013

Cadre de référence éolien : communiqué de presse – Février 2013

Cadre de référence éolien : courrier aux ministres – Février 2012

Éoliennes de la Plaine de Boneffe : le Ministre Henry persiste et signe ! – Septembre 2012

Position générale concernant les éoliennes – Juin 2010

 

Plus d’infos sur les autres domaines de l’éolien :

Position d’Inter-Environnement Belgique sur le développement éolien (avec la participation de Natagora) – Juillet 2012

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Newsletter de Natagora

Vous souhaitez recevoir notre newsletter ?

Se désinscrire de notre newsletter